fbpx
Les réalisations de La Méli-Mélo
Vous lisez :
Le second bilan de l’entreprenariat
0
L'entreprenariat

Le second bilan de l’entreprenariat

La boutique est officiellement lancée depuis le 4 juillet 2021 et je voulais faire un second bilan de ce début d’activité.

La partie commerciale :

Le bilan commercial est plutôt positif car j’ai établi 31 factures en 2021 et les commandes viennent de personnes qui s’éloignent petit à petit de mon cercle familial et amical ! J’ai eu des ventes d’accessoires disponibles sur ma boutique, des demandes de devis pour des articles personnalisés et des commandes de confection d’accessoires et de vêtements sur-mesure et j’en suis ravie.

Le flux de visiteurs sur ma boutique est en constante augmentation. Le challenge est de transformer ces visites en commandes. Mais la concurrence est rude sur ce secteur et avec les réseaux sociaux il faut réussir à se démarquer. Ce n’est pas si simple et demande beaucoup de temps et de patience !

Car soyons clair : même si j’ai eu des commandes, je suis très loin de dégager un revenu !

Le chiffre d’affaire prévu est loin d’être atteint mais la formation en cours pour la préparation au CAP me demande du temps que je ne peux pas employer pour Les réalisations de la Méli-Mélo.

Développement :

J’essaie de rechercher des produits phares comme mes étuis à boules de pétanque et les produits 100 % personnalisés afin de me démarquer. L’avantage du fait main est que l’on peut personnaliser son produit afin qu’il soit unique ! Je souhaite proposer à mes clients des produits sur-mesure !

Pour cela j’ai réalisé un nouvel investissement afin de proposer des produits sublimés. C’est à dire que le visuel est directement imprimé sur le tissu. Grâce à cette technique, toute image, tout visuel peut être imprimé sur le support. Vous pouvez retrouver un article sur la sublimation ici.

J’ai également ouvert des boutiques sur des plateformes françaises pour augmenter ma visibilité et faire parler de mon travail. Vous pouvez retrouver certains de mes produits sur Monquibus et sur Un Grand Marché.

Je suis en train de développer, en parallèle, une gamme de produits pour les entreprises afin qu’elles puissent les offrir à leurs collaborateurs et leurs clients. La communication est très importante, quelque soit le secteur d’activité, et pouvoir proposer un produit unique est un plus pour elles.

J’envisage également, lorsque ma formation sera terminée, d’être présente sur des marchés de créateurs de ma région. Pour cela, il faut que je puisse me fabriquer un stock conséquent de produits afin de proposer du choix et ne pas être en rupture.

J’espère que toutes ses démarches me permettront de faire évoluer mon entreprise.

La partie organisationnelle :

Je m’étais fait, il y a quelques mois un planning hebdomadaire mais j’ai du mal à le suivre. Pourtant il était très structuré : les tâches administratives récurrentes étaient gérées à un moment donné et le temps de couture était établi. Mais, il y a très souvent des imprévus et cela chamboule tout !

Je suis parfois rattrapée par la partie administrative et comptable car il y a des impératifs de dates pour certaines déclarations.

La formation me prend énormément de temps. Ce temps n’est pas perdu car il me permet d’acquérir de la technique et de la rapidité dans l’éxécution mais pour le moment, cela me bloque dans certains projets.

Cependant, je reste réactive et efficace face aux demandes clients. Le logiciel de comptabilité, que j’avais choisi au début de mon activité, m’aide beaucoup grâce au catalogue que j’ai créé. Il me permet de gagner du temps lors de la rédaction des devis mais aussi pour établir les déclarations mensuelles destinées aux administrations.

La partie marketing :

Le temps consacré au marketing est considérable. Aujourd’hui les réseaux sociaux sont indispensables pour développer une activité basée sur le fait-main et le personnalisable. Il faut sans cesse publier du contenu pour se faire remarquer et se différencier de la concurrence.

J’aime beaucoup partager mes réalisations, cette partie est plutôt plaisante mais elle prend finalement une très grande partie du temps.

Bilan :

Avec du recul, je me rend compte que finalement mon temps de création représente environ 20% du temps consacré pour Les réalisations de la Méli-Mélo. Les 80% restant sont destinés à la gestion, l’administratif, la comptabilité, la vente, le marketing, la communication, ….

Cependant, je pense qu’au fur et à mesure, les 20 % de mon temps destinés à la création vont augmentés. L’organisation est plus simple et plus claire qu’au tout début, le site internet est structuré et fonctionne sans bug technique et j’ai une multitudes de projets à mettre en place.

La couture a repris ses droits, je couds sereinement et prends énormément de plaisir à réaliser les projets de mes clients et mes projets personnels ! Cette activité avant tout une activité passion ! Et je mets un point d’honneur à ce qu’elle le reste ! J’ai hâte de découvrir ce que l’avenir me réserve.

J’espère que l’aventure des réalisations de la Méli-Mélo sera longue !

A très vite.

La Méli-Mélo.

(5) Comments

  1. Bravo pour cet article ! Je partage également le temps énorme passé sur la partie marketing, pour ma part ce n’est pas ce que je préfère mais c’est inévitable.

    1. Oui c’est inévitable ! Et cela prend un temps fou. On ne se rend pas compte du travail fourni lorsque nous sommes de l’autre côté de la barrière ! 😉

      1. Tout à fait ! Ca parait tellement naturel et simple de faire des photos, des mises en scène… mais non c’est un vrai boulot 🙂

  2. Bravo Amélie !
    Merci de nous faire part de ton expérience. C’est un sacré boulot. Je vois bien, alors que pour l’instant mon blog n’est que « ludique », que ça me prend un temps très important. Et pour ma préparation au cap, c’est compliqué du point du rythme : cela risque fort d’être en deux ans. En effet, j’ai un autre métier à temps plein et beaucoup d’heures supp en ce moment. Mais je ne désespère pas 🙂
    Au plaisir de te lire,
    A bientôt,
    Caroline

    1. La préparation au CAP prend énormément de temps en effet. En plus de ma micro-entreprise, j’ai un travail à temps partiel ; il y a de grosses périodes où j’ai l’impression que je ne fais que travailler. Avant de partir au boulot ou quand je rentre, je travaille soit pour mon entreprise, soit pour le CAP. J’apprends doucement à m’accorder du temps pour me reposer mais c’est compliqué de lâcher quand on a une liste de tâches à faire qui s’allonge au fur et à mesure. Mais j’apprends car cela permet d’être plus efficace par la suite même si je ne suis pas encore très au point sur le lâcher prise 🥴🤪

%d blogueurs aiment cette page :